Passer au contenu
-20% sur tout le site avec le code NOEL
-20% sur tout le site avec le code NOEL
L’origine des samouraïs japonais | Ramen Nation

L’origine des samouraïs japonais

Tout savoir sur l’origine des samouraïs japonais

Pour tout savoir sur l’histoire du Japon, il est fondamental de connaître l’origine des samouraïs (侍) japonais. C’est ce que nous allons découvrir dans cet article. Mais avant tout, une question se pose : Qu’est-ce qu’un samouraï ? Étymologiquement, le mot samouraï est dérivé du verbe « saburau » qui se traduit par « servir ». Ainsi, le samouraï est un guerrier du Japon féodal, au service d’un seigneur, le daimyo (大名). Ils ont existé du Xe siècle au XIXe siècle.

Quelques théories sur l’origine des samouraïs japonais

L’origine des samouraïs japonais est plus ou moins floue, c’est pour cela qu’il en existe plusieurs théories. 

Il paraît que, dans l’histoire du Japon, l’étude sur l’origine de ces guerriers est liée à l’époque médiévale. L’une des théories classiques sur la provenance des samouraïs est liée au kaihatsu-ryoshu (開発領主), un propriétaire de territoires privés. Des historiens ont découvert que durant la période Meiji (明治時代), l’époque médiévale a aussi existé au Japon. D’après ses historiens, les samouraïs étaient les kaihats-ryoshu des shieiden. Ils viennent des « planteurs armés » pour contrer les serfs asservis.

Une autre théorie énonce que les samouraïs de haut rang comme le clan Minamoto (源), le clan Taira (平氏) ou le clan Fujiwara (藤原氏), sont liés à des familles influentes comme la cour impériale. Des adeptes de l’histoire japonais comme Yoshimi TODA ou Masaaki TAKAHASHI proposent une théorie selon laquelle les samouraïs seraient à l’origine de ceux qui y ont séjourné à Kyoto.

L’histoire du samouraï japonais

L’histoire des samouraïs japonais a persisté à travers le temps. De l’ère Heian (平安時代) à l’ère Meiji, ils occupaient une place importante dans la culture japonaise.

Les samouraïs sont apparus au Xe siècle. Durant l’époque Heian (794 – 1185), ils étaient plutôt des paysans ou des artisans. Avec l’apparition du shogunat, un régime politique, ils deviennent une élite guerrière. Vers le XIIe siècle, les samouraïs montent en puissance avec les clans Minamoto et leurs concurrents les Taira. Ils prennent progressivement le pouvoir, qui est jusque-là tenu par l’empereur japonais et la cour de Kyoto.

La victoire de Minamoto lors de la guerre de Genpei (源平合戦) a marqué le début du shogunat de Kamakura - une dictature militaire où les samouraïs contrôlaient le pays. Ainsi, les guerriers japonais bénéficient d’un statut et des privilèges accordés à l’aristocratie. Ce régime dura à peu près 700 ans, suivi du Shogun Muromachi et du Shogun Tokugawa. C’est pendant l’époque Sengoku (1467 – 1615) que les samouraïs ont connu leur apogée. La loi du plus fort leur permet de s’élever dans la société japonaise. 

L’ère Meiji (1868 – 1912) marque la fin des samouraïs. Le 22 février 1877, jour de la fin des samouraïs. Pourquoi ? L’ère Meiji a ouvert la porte du Pays du Soleil-Levant au monde extérieur. Les samouraïs sont très conservateurs par rapport au système féodal. Face à la modernisation du pays, leur rang et leurs privilèges ne pouvaient résister à ce changement brusque.

L’éducation des samouraïs japonais

Dans la tradition, être samouraï se transmet de génération en génération. Dès son plus jeune âge, le fils d’un samouraï suit une éducation très stricte. Celle-ci est destinée à l’endurcir. Les apprentis samouraïs sont privés de contact familial. 

Pour devenir un samouraï, d’abord, il intègre une école d’art martial. Au fil des ans, l’enfant doit maîtriser certains arts martiaux, principalement : l’art du sabre : kenjutsu (剣術), l’art de la lutte et de la souplesse : ju-jitsu (柔術), l’art équestre : bajutsu (馬術) et la voie de l’arc : kyujutsu (弓術).

En plus des exercices physiques, on lui enseigne aussi la calligraphie et l’éducation religieuse. Sur le plan religieux, il reçoit une éducation sur les bases de la religion traditionnelle du Japon : vénération des dieux anciens et des esprits des ancêtres. La religion dépend souvent du clan, de la famille ou de la koryu (école d’art martial). Par exemple, l’école d’art martial Tenshin shōden katori saintō-ryū se dirige plus vers le shintoïsme tandis que la Hyoho niten ichi ryu s’incline plutôt vers le bouddhisme.

Les samouraïs doivent respecter un code d’honneur nommé « Le Bushido » ou « la voie du guerrier ». Le bushido rassemble des règles et des valeurs propres. Ayant comme origine le bouddhisme zen, la voie du guerrier est reliée à la vie du samouraï . En tout, il y a 7 principes dans le Bushido : la compassion, le respect, le courage héroïque, l’honneur, l’honnêteté et la sincérité, le devoir, la loyauté et l’intégrité. De ce fait, le samouraï sacrifie sa vie pour son maître.

Pour conclure, même si l’origine des samouraïs japonais est plus ou moins floue, cela n’empêche pas le fait qu’ils occupent une place importante dans l’histoire du Japon. Inspirez par ces personnages emblématiques du Japon ? N’hésitez pas à parcourir notre collection de produits japonais motif samouraï pour sublimer votre décor : des tapisseries, des tableaux, etc.